Appui aux OPA Le Procad/PADA recrute 35 agents au profit de la FENAPAB

Appui aux OPA Le Procad/PADA recrute 35 agents au profit de la FENAPAB

Conformément à sa mission qui est de soute-nir le développement de l’agriculture au Bénin, leProCad/PADA a procédé au recrutement de 29 conseillers agricoles et de 06 cadres de bureau au profit de la FENAPAB. Leur présentation et la signature des contrats de travail ont eu lieu ce lundi 07 janvier 2019 au siège de la FENAPAB à Parakou.

Deux nouveaux agents recrutés signant leur con-

Ce lundi 07 janvier 2019, l’ambiance était inhabi-tuelle au siège de la FENAPAB à Parakou. Dans la cour comme dans le hall, on notait la présenced’hommes et de femmes réunis par petits groupes,assis ou debout. Qui sont-ils ? Quel est le motif de leur présence en ces lieux ? Ce sont les trente-cinq (35) candidats ayant réussi avec brio au test de recrutement lancé par le ProCad/PADA, et ils sont là pour être présentés et mis à la disposition de leur nouvel employeur qu’est la FENAPAB. Cette prise de service s’est déroulée sous la forme d’une cérémonie fort simple à laquelle ont pris part les onze membres du Conseil d’Administration de la FENAPAB, le directeur Général de la FENAPAB Monsieur Issiakou MOUSSA et son staff, le Directeur Général de l’ATDA 4 Monsieur Kassimou ISSAKA et, bien entendu, une délégation du ProCad/PADA conduite par Ma- dame Aubierge ASSOGBA HOUEHOU. Après un bref rappel par le Directeur Général de la FENAPAB du contexte du recrute- ment et des différents postes pourvus, ce fut au tour du Président du Conseil d’administration Monsieur Abdou Rafiou CHA- BI LAFIA de remercier le ProCad/PADA pour cet appui en ressources humaines qualifiées apporté à la FENAPAB. Il a ensuite rappelé que c’est le deuxième appui du genre, puisqu’en 2013, cinquante (50) agents avaient déjà été recrutés par le ProCad/PADA au

Le Pdt/FENAPAB (à gauche), le DG/FENAPAB (à droite) avec Messieurs Samuel AKPOVI (ProCad) , Ernest PEDRO (PASCIB) avec la pomme de cajou

profit de la FENAPAB pour une durée de trois ans. Comme ses prédécesseurs, le Directeur Général de l’AgenceTerritoriale pour le Développement Agricole Pôle 4dont la principale mission est d’organiser et de développer la filière anacarde au Bénin, s’est lui aussi réjoui de ce recrutement dont les premiers bénéficiaires sont les producteurs à la base. Il a ensuite saisi l’occasion pour affirmer la disponibilité de l’Agence à faciliter l’insertion de ces agents dans leurs zones d’intervention avant de rappeler la vision de l’Etat pour la filière. Cette vision se chiffre à26 300 000 000 FCFA d’investissements à l’horizon2021 avec, entre autres objectifs, la production de 2 000 000 de plants greffés par an revendus aux producteurs à un prix forfaitaire de 100 FCFA le plant. Cette phase d’interventions sera clôturée parles conseils et exhortations de Monsieur Ernest PE- DRO, Secrétaire Général de la Plateforme des Associations de la Société Civile du Bénin (PASCIB) à l’endroit des nouvelles recrues.

Vue d’ensemble des nouvelles recrues

La cérémonie prit fin par la signature des contratsde travail avec les lieux d’affectation. Précisons queLe ProCad/PADA prendra entièrement en charge les 35 nouveaux agents pendant deux ans avant que la FENAPAB ne prenne le relais.

Tableau de répartition des agents recrutés

Deux nouveaux agents recrutés signant leur con-

EDITORIAL

EDITORIAL

Les fruits ont tenu la promesse des fleurs. Moisde janvier, mois de début des récoltes de l’anacardeau Bénin. Dans certaines régions, plus précisément au centre et au sud du pays, les récoltes ont effectivement commencé, tandis qu’au Nord, la fructification des arbres est à un stade très avancé. Comme

Abdou Rafiou CHABI LAFIA

on peut s’en douter, tous les différents acteurs de la filière s’affairent dans l’attente du lancement officielpar le gouvernement de la campagne de commercialisation. Les producteurs sont dans leurs planta- tions pour récolter le maximum de noix à mettre en vente. Les acheteurs réactivent leurs différents réseaux (collecteurs, coopératives) en vue de réaliser d’importants volumes d’achat. Les transformateursrévisent leurs machines tout en élaborant les meilleurs plans d’approvisionnement en noix. Enfin, lesexportateurs renouent contact avec leurs partenaires étrangers en vue de la signature de nouveaux contrats. Il en est ainsi, à cette période de l’année dans le business de l’anacarde. Tous ces différents acteurs(producteurs, acheteurs, transformateurs et exportateurs) représentent les quatre familles qui forment l’Interprofession de la Filière anacarde au Bénin(IFA-B). Notre souhait à tous pour cette campagne qui s’annonce est que les récoltes dépassent les 125 000 tonnes de l’an passé et que les noix de cajou présentent toujours une bonne qualité. A cet égard et en notre qualité de faîtière nationale des producteurs nous n’avons ménagé aucun effort dans ce sens grâce aux formations en bonnes pratiques agricoles données à nos membres, et aux tech- niques de récolte et de post-récolte qui sont actuellement en train d’être enseignées sur le terrain.Certes, ces actions à elles seules ne suffisent pas pour combler toutes nos espérances, mais leur respect et leurs effets combinés sont un gage certain de succès. C’est pourquoi, je voudrais encore insister pour inviter tous les membres de notre réseau à un respect scrupuleux de toutes les consignes en matière de récolte, de stockage et de conservation des noix. Bonne récolte à toutes et à tous.

Le Président de la FENAPAB

Commercialisation de la noix brute de cajou IFA- Bénin en guerre contre les fraudeurs

Commercialisation de la noix brute de cajou IFA- Bénin en guerre contre les fraudeurs

Quelles sont les nouvelles dispositions pour la prochaine campagne de commercialisation de la noix de cajou au Bénin? Comment extirper de la filière tous les individus qui viennent y semer le désordre ? L’Interprofession de la Filière Ana-carde au Bénin (IFA-B) a organisé une rencontre au siège de la FENAPAT à Parakou pour apporter les réponses aux acteurs concernés

Ce jeudi 24 janvier 2019, une délégation de l’Inter-profession de la Filière Anacarde au Bénin (IFA-B) était au siège de la Fédération Nationale des Ache- teurs des Produits Agricoles Tropicaux (FENAPAT) à Parakou pour une rencontre avec les différentesfamilles d’acteurs. L’objectif principal était de mettre tout le monde au même niveau d’informa-tion quant aux dispositions prises pour la pro- chaine campagne de commercialisation. Après le mot de bienvenue du Président de la FENAPAT Monsieur Ibrahim BOUKARI, une brève présenta- tion de IFA-Bénin a été faite par son Secrétaire Per- manent Madame Ida LEGBANON. Elle a indiquéque quatre familles d’acteurs à savoir les produc-teurs, les acheteurs, les transformateurs et les ex- portateurs composent IFA-Bénin qui a été mis sur les fonts baptismaux en juin 2016. Le sujet principal de l’ordre du jour a été abordé par Madame Georgette TARAF, 2ème Chargée des Relations Extérieures de IFA-Bénin. Avec franc parler et éloquence, elle a dressé un diagnostic sans complaisance des maux qui minent la filière, et rappelé le chemin de croix que la campagne de commercialisation de l’année passée a été pour tout le monde. En l’absence d’une règlementation ferme, la filière a été prise d’assaut par toutes sortes d’individus, novices pour la plupart, qui viennent y semer le désordre et empêcher les vrais acteurs reconnus par IFA-Bénin et les structures étatiques d’exercer leur rôle. Aussi a-t- elle invité chaque acteur à rester dans une posture de veille permanente pour dénoncer ces individus dont les agissements détruisent la filière. Pour finir, tous les Présidents des différentes familles d’acteurs présents à la séance ont plaidé pour une véritable solidarité entre eux et une consolidation des liens d’affaires.

Dispositions prises par IFA-Bénin pour la pro- chaine campagne

1) Chaque famille d’acteurs doit rester dans son couloir d’intervention tel que les textes le stipulent

2) Tout acteur ne détenant pas la carte IFA-Bénin ne peut plus opérer dans la filière.

3) Les achats dans les champs et plantations sont dorénavant interdits et passibles de poursuites

4) Toute bascule non poinçonnée ne peut pas servir à des pesées de noix.

5) Toute personne ne respectant pas ces dispositions est dans l’illégalité et elle sera automatiquement poursuivie

M. Edouard ASSOGBA, 1er Chargé aux Relations Extérieures IFA-Bénin

M. Edouard ASSOGBA, 1er Chargé aux Relations Extérieures IFA-Bénin

 

Production de plants greffés de qualité : MENSUEL D’INFORMATION FENAPAB forme ses pépiniéristes

Production de plants greffés de qualité : MENSUEL D’INFORMATION FENAPAB forme ses pépiniéristes

Une  bonne  productivité  des  anacardiers  suppose un  matériel  végétal  performant.  Et  un  matériel  gétal  performant  suppose  un  pépiniériste  spéciali  et  bien  formé.  C’est  dans  cette  optique  que  la FENAPAB  a,  du  11  au  15  février  2019,  organisé  des formations  de  recyclage  au  profit  des  pépiniéristes des  Coopératives  des  Pépiniéristes  d’Anacardiers Greffés  (CoPAG)  de  trois  régions.

M.  Joseph  TOKORE  Chargé  de  Production  et de  commercialisation

M. Joseph TOKORE Chargé de Production et de commercialisation

En  sa  qualité  de  maillon  chargé  de  la  production dans  la  chaîne  de  valeur  anacarde  au  Bénin,  la  FENAPAB  n’a  de  cesse  de  poser  des  actes  qui  concourent  à  l’accroissement  de  la  production  de  l’anacarde,  à  la  productivité  des  arbres  et  à  l’amélioration  des  rendements  par  hectare.  L’atteinte  de  tels objectifs  ne  peut  se  faire  sans  le  concours  des  pépiniéristes  qui  fournissent  aux  producteurs  le  matériel végétal  pour  les  plantations.  Malheureusement,  très peu  parmi  ces  pépiniéristes  maîtrisent  les  techniques  de  production  de  ce  matériel  végétal,  notamment  la  technique  du  greffage.  C’est  pour  corriger cette  insuffisance,  que  le  Chargé  de  Production  et de  Commercialisation  de  la  FENAPAB  Monsieur Joseph  TOKORE  a,  du  11  au  15  février  2019,  donné trois  sessions  de  formation  à  des  pépiniéristes  sur  le thème  les  techniques  de  greffage  des  jeunes  plants d’anacardiers.  La  formation  s’est  déroulée  en  deux étapes  :  (i)  une  phase  théorique  consacrée  à  l’explication  de  la  technique  de  greffage  et  aux  partages d’expériences,  et  (ii)  une  phase  théorique  où  des portes  greffes  et  des  greffons  ont  été  remis  aux  participants  pour  s’exercer  au  greffage  proprement  dit suivi  de  conseils  pratiques  du  formateur.  Parakou, Djougou  et  Glazoué  ont  abrité  ces  sessions  de  formation.