Journée de mise en terre de l’anacardier: la FENAPAB lance la 1ère Edition avec 300 plants greffés

Journée de mise en terre de l’anacardier: la FENAPAB lance la 1ère Edition avec 300 plants greffés

Dans le cadre de la Journée Nationale de l’arbre consacrée au reboisement dans notre pays et pour accompagner l’Etat central dans l’atteinte des objectifs du Programme National de Développement de la Filière Anacarde (PNDFA) dont l’objectif global est « d’augmenter substantiellement la production de noix en passant de 100 000 tonnes par an en 2016 à au moins 200 000 tonnes par an en 2021 dont au moins 50% sont transformées au Bénin », la FENAPAB vient de poser un acte de grande portée. Il s’agit du lancement à Kpassa Gambou, dans la commune de Parakou, de la 1ère Edition de la Journée de mise en terre de l’anacardier qui a réuni du beau monde dont: les élus de la FENAPAB, le personnel technique, les Partenaires Techniques et Financiers, les autoriés municipales et l’inspection forestière du Borgou. Pour cette 1ère Edition, 300 plants greffés ont été mis en terre.

 

La Journée de mise en terre de l’anacardier dont la 1ère Edition commence par la commune de Parakou  est le début d’une belle aventure  que nous voulons pérenne et qui sera répétée chaque année dans une des 35 communes où la FENAPAB est présente. Et conformément à notre vision, chaque site ayant accueilli des plants greffés bénéficiera d’un programme d’entretien et de mise en œuvre des bonnes pratiques agricoles de sorte à devenir une parcelle-école où tout producteur, étudiant ou curieux peut venir apprendre. Cela est possible et cela sera fait grâce à l’implication active de nos démembrements dans chaque commune ainsi que nos Conseillers Agricoles qui y résident

 

Extrait du discours de la Présidente de la FENAPAB

M. Kader TOKO WOROU, Responsable Profi/Enabel

M. Christian-Albrecht MUENKNER, Assistant Technique ProAgri/GIZ

M.Issiakou MOUSSA, DG/FENAPAB

M. Sariki YANTANNOU, Directeur du RUCHER

M. Joseph TOKORE, Chargé de Commercialisation et de Production/FENAPAB

M. Mohamed BARANON, Directeur Régional/URCPA Atacora Donga

M. Juste AMANOUDO, Directeur Régional/URCPA Borgou Alibori

Financement des pépiniéristes par les SFD : la FENAPAB met en relation les deux parties

Financement des pépiniéristes par les SFD : la FENAPAB met en relation les deux parties

Du 21 au 23 mai 2020 la FENAPAB a organisé à son siège à Parakou un atelier de mise en relation entre les pépiniéristes et les Services Financiers Décentralisés (SFD). Le but de cette initiative est de faciliter l’accès au crédit pour les pépiniéristes en vue de leur permettre de produire en quantité et en qualité des plants greffés à mettre à disposition des producteurs.

L’activité de pépiniériste est aujourd’hui une activité entrepreneuriale qui nécessite des fonds conséquents si l’on prend en compte le coût de production d’un plant greffé et la demande de plus en plus croissante qui oblige le pépiniériste à produire des quantités importantes. En effet, pour produire au moins 5 000 plants greffés sur la base du coût de production d’un plant qui varie entre 395 et 430 FCFA, il faut disposer entre 1 975 000 et 2 150 000 FCFA. Un investissement qui n’est pas à la portée de tous les pépiniéristes et qui pose un besoin de financement que la FENAPAB veut faciliter avec le concours des SFD.

Fiche technique de l’atelier

Période: 21 au 23 mai 2020
Lieu: Siège de la FENAPAB à Parakou
Partenaire: GIZ/ComCashew
Modérateur: M. Joseph TOKORE, Chargé de Production et de Commercialisation

Objectifs de l’atelier

L’objectif général de l’atelier est de mettre en relation les pépiniéristes et les Services Financiers Décentralisés. Plus précisément, il s’agit de :

•Affiner les plans d’affaires des pépiniéristes et des coopératives de pépiniéristes

•Informer les pépiniéristes et les coopératives de pépiniéristes sur les différentes possibilités de financement

•Retenir les SFD pouvant collaborer avec les pépiniéristes.

Activités des pépiniéristes

•Activité de préparation de substrat ;
•Activité d’acquisition des pots ;
•Activité d’empotage ;
•Activité d’arrosage ;
•Activité de recherche de greffon et de greffage

Déroulement de l’atelier

•Ouverture de la séance par l’AT ProAgri après les mots de bienvenue et d’introduction du CPC

•Présentation des participants et du programme de l’atelier

•Présentation du contexte et des objectifs de la formation

•Présentation des activités des pépiniéristes (calendrier des activités et les besoins en financement)

•Présentation des différents produits de financement des pépiniéristes

•Possibilité de mise en relation entre PEBCo et les pépiniéristes

•Identifier les prochains pas au besoin.

Impacts du Covid-19 dans l’organisation de la vente groupée et la commercialisation (Interview du Directeur de l’URCPA Ouémé Plateau)

Impacts du Covid-19 dans l’organisation de la vente groupée et la commercialisation (Interview du Directeur de l’URCPA Ouémé Plateau)

Impacts du Covid-19 dans l’organisation de la vente groupée et la commercialisation

M. Max Virgil DAH-DOVONON Directeur de l’URCPA Ouémé Plateau Siège: Kétou

sur une prévision de 500 tonnes de noix à mettre strictement dans le dispositif de vente groupée, l’URCPA/OP n’a pu commercialiser que 298,337 tonnes avec la participation de 27 CVPA (coopératives) seulement, soit un taux de réalisation de 59,66%.

Qu’est-ce – que la vente groupée ? La vente groupée, est une opération qui consiste à regrouper en un lieu les noix brutes des membres d’une coopérative pour leur mise en marché en gros (en commun) à travers des liens d’affaires. C’est en d’autres termes la mise en marchés collectifs des produits par le biais d’une coopérative ou d’une faitière. Elle témoigne du niveau d’organisation et de confiance qui existent entre les producteurs eux-mêmes d’une part, et entre les producteurs et les autres acteurs (transformateurs, commerçants, …) de la filière d’autre part. Comment le Covid-19 a-t-il impacté la vente groupée dans votre Union Régionale ?

Avant de répondre je voudrais préciser qu’au sein du réseau, nous organisons la vente collective des noix ou vente groupée courant la période de mars à fin mai de chaque année juste après le lancement de la campagne de commercialisation. Cette année, le contexte a été très particulier en raison du Covid-19 qui a négativement impacté toutes les activités dans le monde. Les mesures barrières, la distanciation sociale, le confinement, la mise en quarantaine et la fermeture des frontières ont considérablement réduit la mobilité de nos partenaires commerciaux. L’offre a été plus forte que la demande parce qu’il y avait peu d’acheteurs sur le terrain.

Plus spécifiquement, quelles ont été les conséquences sur la vente groupée ? • Les ventes groupées n’ont pas été organisées dans la période indiquée parce que les regroupements étaient interdits. Le peu d’acheteurs présents sur le terrain se sentant en position de force proposaient des prix dérisoires, non compétitifs. Résultat, il y a eu beaucoup de bradage de noix hors dispositif de vente groupée parce que beaucoup de coopérateurs avaient besoin d’argent. • Ce bradage des noix a considérablement diminué les prévisions en tonnage pour la vente groupée et par ricochet les revenus des coopératives en termes de frais de gestion. A titre d’illustration, dans l’Ouémé-Plateau, sur une prévision de 500 tonnes de noix à mettre strictement dans le dispositif de vente groupée, l’URCPA/OP n’a pu commercialiser que 298,337 tonnes avec la participation de 27 CVPA (coopératives) seulement, soit un taux de réalisation de 59,66%. Le reste des noix ont totalement échappé au dispositif de la vente groupée. Et j’imagine que la situation n’est pas fameuse dans les autres régions. • Une autre conséquence liée à ces ventes groupées qui n’ont pas pu être réalisées normalement est le taux élevé d’impayés noté dans les coopératives. De quoi s’agit-il ? Un des principaux services que le réseau FENAPAB rend à ses membres est la facilité d’accès aux crédits d’entretien des plantations et de pré-collecte des noix de cajou. Ces crédits sont souvent remboursés après la campagne de commercialisation. Voilà que les noix ont été bradées et la vente groupée n’a pas produit les résultats escomptés. Les remboursements seront donc difficiles. • Enfin et sur un autre plan, la pandémie a aussi imposé une certaine stabilité du prix au kilogramme des noix de cajou. Nous étions en effet habitués à une montée vertigineuse du prix après le lancement officiel de la campagne pour progressivement revenir à une évolution en dents de scie des prix, et parfois même parfois, à une chute brutale du prix. Cela n’a pas été le cas cette année. Est-ce-profitable à nos coopérateurs ? Difficile d’avoir une réponse tranchée. Votre mot de fin Pour finir, dans l’espoir que le monde vienne très rapidement à bout de ce dangereux et contagieux virus, j’invite la population Béninoise en particulier les producteurs du réseau FENAPAB à se conformer strictement aux directives du gouvernement pour lutter contre la propagation du virus en adoptant les comportements et attitudes appropriés, tels qu’édictés par les autorités sanitaires. Excellente campagne agricole à tous.

Le prix plancher: bonne ou mauvaise option? (Interview du Directeur de l’URCPA Borgou Alibori)

Le prix plancher: bonne ou mauvaise option? (Interview du Directeur de l’URCPA Borgou Alibori)

Le prix plancher: bonne ou mauvaise option?

M.Juste AMANOUDO
Directeur de l’URCPA Borgou Alibori
Siège: Parakou

le prix plancher fixé par l’Etat n’est jamais respecté sur le terrain. Tous les autres acteurs (acheteurs, transformateurs et exportateurs) ont un seul souhait : acheter les noix de cajou à un très bas prix, alors que le souhait des producteurs est de vendre à un prix suffisamment rémunérateur.

Pour commencer, que faut-il entendre par prix plancher ?

Pour dire les choses simplement et comme son nom l’indique, le prix plancher est le prix minimum à partir duquel les négociations entre producteurs et acheteurs de noix de cajou commencent pour déboucher sur des transactions. Autrement dit, c’est le prix en dessous duquel les acteurs ne peuvent pas et ne doivent pas faire affaire entre eux. Ce prix plancher est généralement fixé sur la base du coût de production du kilogramme de noix de cajou auquel on ajoute une marge.

Au Bénin, l’Etat fixe au début de chaque campagne de commercialisation un prix plancher. Selon vous, est-ce une bonne ou une mauvaise option ?

Le prix plancher fixé à chaque campagne par l’Etat de concert avec les acteurs de la filière constitue une très bonne option qui, non seulement pose les bases de la commercialisation, mais aussi et surtout permet de sauvegarder les intérêts des producteurs. Ce dernier aspect est à tous égards très important en ce sens que le producteur d’anacarde au Bénin reste et demeure le parent pauvre de la filière alors qu’il représente le maillon sans lequel cette filière n’existerait pas. Le réflexe spontané des autres acteurs est d’acquérir les noix de cajou au prix le plus bas possible de sorte à réaliser de très gros profits. En outre, pour toutes taxes fixées en amont, ces acteurs ont tendance à le répercuter sur le prix d’achat au producteur en lui proposant des prix très bas. Avec un prix plancher, le producteur est à l’abri, l’équité est rétablie et ce ne serait que justice. Hélas, dans les faits tout ceci reste très théorique.

« Hélas dans les faits tout ceci reste très théorique ». Précisez votre pensée

Tout ceci reste très théorique dans les faits en ce sens que le prix plancher fixé par l’Etat n’est jamais respecté sur le terrain. Tous les autres acteurs (acheteurs, transformateurs et exportateurs) ont un seul souhait : acheter les noix de cajou à un très bas prix, alors que le souhait des producteurs est de vendre à un prix suffisamment rémunérateur. Nous avons là deux positions opposées et difficilement conciliables dont la parfaite illustration sur le terrain est la difficulté de l’Interprofession de la filière ainsi que l’Etat à faire respecter le prix plancher. En fin de compte, le rapport de force est toujours au détriment du producteur qui, sous la pression du besoin, se résigne à brader ses noix.

Qu’en est-il de la présente campagne ?

Pour cette campagne, le prix plancher fixé est de 325 FCFA le kilogramme de noix de cajou. Malheureusement et une fois encore ce prix plancher n’a pas été respecté sur tout le territoire. Après l’ouverture du marché, nous avons même eu des prix compris entre 100 et 150 FCFA, soit un manque à gagner de 175 FCFA pour le producteur. Il a fallu attendre huit semaines au moment où les stocks s’épuisaient pour voir les prix enfin atteindre et dépasser les 325 FCFA.

Quelle a été votre réaction face à cette situation récurrente ?

Face à cette situation, nous avons alerté par écrit l’Interprofession de la filière et les ministères sectoriels que sont le Ministère de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche et celui de l’Industrie et du Commerce. Nous avons également sensibilisé nos producteurs à travers nos conseillers agricoles et des communiqués-radio en vue de ne pas vendre leurs noix en dessous du prix plancher. L’initiative a fini par être payante puisque les prix ont commencé par s’améliorer sur le terrain lorsque les producteurs ont résisté au bradage des noix.

Selon vous, que faut-il faire pour corriger le tir ?

Pour corriger le tir, il faut absolument élaborer des textes pour réglementer de fond en comble la commercialisation et contraindre chaque acteur au respect strict de ces textes. Il faut encourager l’organisation des ventes groupées dans les coopératives afin d’équilibrer les rapports de force entre acheteurs et producteurs. Il faut enfin encourager les liens d’affaires entre producteurs et transformateurs sur la base de prix intéressants pour toutes les parties.

Approvisionnement des usines: difficultés et approches de solutions (Interview du Directeur Régional de l’URCPA Atacora)

Approvisionnement des usines: difficultés et approches de solutions (Interview du Directeur Régional de l’URCPA Atacora)

Lancée le 19 mars 2020, la campagne de commercialisation en ce qui concerne la phase d’achat des noix de cajou auprès des producteurs est quasiment achevée. Dans tout le réseau FENAPAB, les bilans sont faits et les leçons sont tirées pour l’avenir. Acteurs de premier plan dans la réussite de la campagne de commercialisation, les Directeurs des Unions Régionales des Coopératives de Producteurs d’Anacarde (URCPA) de l’Atacora Donga, du Borgou Alibori et de l’Ouémé Plateau nous livrent leurs points de vue sur quelques aspect.

Approvisionnement des usines: difficultés et approches de solutions

M. Mohamed BARANON

Directeur Régional de l’URCPA Atacora Donga

Siège: Natitingou

Il faut par exemple créer des marchés autogérés dans les sociétés coopératives et contraindre par la règlementation tous les acheteurs à passer par les coopératives pour leurs achats

Quels sont les mécanismes actuels d’approvisionnement des usines de transformation ?

Il faut dire que chaque usine de transformation a sa politique d’approvisionnement en matière première (noix brute de cajou). De manière globale nous avons trois types de mécanismes. D’abord, il y a des usines qui ont des collecteurs avec qui ils collaborent directement et qui font des achats pour elles dans les villages contre des commissions. Ensuite, il y a celles qui ont des partenariats avec des Organisations Professionnelles Agricoles (OPA) telles que les nôtres qui produisent le cajou et qui les approvisionnent. Ces OPA sont les UCCPA, les URCPA et la faîtière nationale qu’est la FENAPAB. C’est cette approche qui est avantageuse pour les producteurs d’anacarde et leurs organisations. Enfin, il y a des usines qui se font directement livrer sur leurs sites par des commerçants indépendants qui achètent les noix de cajou sur le terrain.

S’agissant du partenariat entre les transformateurs et les OPA que vous évoquiez, dites-nous-en quoi cette approche est avantageuse pour ces OPA.

Le partenariat avec les usines de transformation permet aux OPA d’avoir un marché d’écoulement sûr pour leurs produits (les noix de cajou) et de limiter les situations de mévente en cas de crise comme nous l’avons connu ces dernières années et beaucoup plus encore cette année avec le Covid-19. Lorsque les OPA sont en partenariat avec une usine, les approvisionnements sont réguliers, la qualité est au rendez-vous et il y a un climat de confiance qui s’installe. On ne se voit que pour rediscuter les termes du contrat, notamment les prix en fonction des tendances du marché et autres.

De façon globale, quelles sont, selon vous les difficultés liées à l’approvisionnement des usines en noix ?

Avant de répondre, je dois préciser que nous avons, d’une part, des difficultés que rencontrent les usines et liées à leur approvisionnement par les commerçants/collecteurs et les producteurs non membres, et d’autre part, les difficultés liées à l’approvisionnement des usines par les OPA que nous sommes. Dans le premier cas, lorsque la demande est forte et la concurrence intense, les usines ont de la peine à s’approvisionner parce que les prix grimpent et elles n’arrivent plus à suivre facilement le rythme du marché. Ce fut le cas en 2016 et 2017 où les prix étaient montés jusqu’à 800 FCFA / kg et avaient affaibli leurs capacités d’approvisionnement. A cette difficulté liée à la volatilité des prix s’ajoutent les contraintes de qualité des noix de cajou qui s’imposent à ces usines et dont les commerçants et les collecteurs se soucient peu, parce qu’en amont, ils achètent des noix de cajou tout venant sans faire le test de qualité. Une pratique qui contribue fortement à la baisse de la qualité des noix de cajou du Bénin parce que les producteurs ne s’efforcent plus de respecter les bonnes pratiques de récolte et post récolte. •S’agissant de la difficulté liée à l’approvisionnement des usines par les OPA, elle est relative à la concurrence déloyale que les collecteurs leur livrent (les OPA) et qui les met dans une position indélicate. Je m’explique : je vous ai parlé plus haut des collecteurs avec qui les usines sont en relation d’affaires dans les villages. Il arrive souvent que ces collecteurs résident dans les villages où existent des coopératives de producteurs d’anacarde qui sont des OPA affiliées au réseau de la FENAPAB. Pour affaiblir ces coopératives, ces collecteurs font de légères augmentations sur le prix du jour de la noix afin de détourner les producteurs et de déstabiliser le dispositif de vente groupée. Or vous savez, ce que les usines versent aux collecteurs comme commissions, c’est souvent la même valeur qu’elles paient aussi aux OPA sous l’appellation frais de gestion lorsqu’elles sont en lien d’affaires. Pour avoir plus de noix que l’OPA, les collecteurs renoncent simplement à une partie de leurs commissions qu’ils répercutent sur le prix d’achat au producteur et le rapport de force tourne en leur faveur. L’OPA n’a pas cette possibilité parce que les frais de gestion que l’usine lui verse ont une clé de répartition bien définie, et jouer au même jeu que les collecteurs mettra à mal tout le dispositif mis en place.

Quelles approches de solutions préconisez-vous pour venir à bout de ces difficultés ?

Les solutions varient d’un acteur à un autre. Mais, d’une manière générale, deux solutions permettront à chaque acteur (le producteur, le commerçant, le transformateur et l’exportateur) de sortir gagnant. D’abord, il faut une règlementation de la commercialisation qui favorise aussi bien les transformateurs nationaux que les producteurs et leurs organisations (coopératives, faîtières). Il faut par exemple créer des marchés autogérés dans les sociétés coopératives et contraindre par la règlementation tous les acheteurs à passer par les coopératives pour leurs achats. A ce propos, il faut dire qu’un travail a été déjà fait dans ce sens avec la structuration des différents acteurs (FENAPAB, CNTC, FENAPAT et CoNEC) et la création de l’IFA depuis 2016. Ensuite, c’est de promouvoir des partenariats durables entre les OPA et les usines en utilisant l’approche cluster. A l’URCPA Atacora Donga, nous croyons fermement à cette approche que nous développons déjà depuis quelques années avec des usines telles que FLUDOR, NASSARA BENIN, AFOKANTAN et TOLARO GLOBAL. Avec cette approche, on aura réglé le problème d’approvisionnement des usines, et en même temps, le problème de financement de la filière. Les producteurs, les transformateurs et les acheteurs auront un accès facile aux crédits tandis que les OPA auront réglé leurs difficultés d’autonomie financière.

Votre mot de fin

La filière anacarde est une filière pourvoyeuse d’emplois et créatrice de richesse sur laquelle il faut que l’Etat centrale mène des politiques pour son émergence. Il faut entendre par là, la règlementation de la commercialisation, la consolidation des liens d’affaires entre les acteurs, la promotion de la transformation, aussi bien des noix brutes que des pommes. Je vous remercie