Partenariat BéninCaju/FENAPAB : le programme ProRadio est entré dans sa phase active

Partenariat BéninCaju/FENAPAB : le programme ProRadio est entré dans sa phase active

En préparation depuis quelques mois, le programme ProRadio de BéninCajù est fin prêt et est entré dans sa phase active à la radio Deeman de Parakou. ProRadio est un programme conçu pour le renforcement des capacités des producteurs à travers des émissions radiophoniques d’information et de sensibilisation sur les bonnes pratiques agricoles dans la culture de l’anacarde.

BéninCajù est une ONG américaine intervenant dans la production de l’anacarde au Bénin. Elle apporte un appui technique, financier et institutionnel aux organisations paysannes présentes dans la filière telles que la FENAPAB, et recrute aussi des conseillers agricoles au profit des producteurs en vue de les conseiller dans l’adoption des bonnes pratiques agricoles. Par rapport au deuxième volet de ses interventions, BéninCajù a conçu un programme dénommé ProRadio qui vise à compléter et renforcer le conseil agricole physique par des émissions radio portant sur des thématiques telles que les bonnes pratiques agricoles, la vie associative, la connaissance du marché, etc. Dans cette perspective, dix radios communautaires ont été sélectionnées par BéninCajù qui a également retenu la FENAPAB comme partenaire dans la mise en œuvre du programme. La première émission inaugurale a été réalisée par DEEMAN Radio qui est une radio installée dans la ville de Parakou et couvrant les communes de N’dali, Ina, Pèrèrè, Tchaourou et une partie de bembèrèkè. Pour ce premier acte de ProRadio, la thématique proposée aux auditeurs est intitulée « Gestion intégrée des maladies et insectes des anacardiers ». Elle et a été développée par Madame Dorcas LAFIA conseillère agricole BéninCajù, et Monsieur Paul SAKA producteur d’anacarde et Président de l’Union Commu

nale des Coopératives des Producteurs d’Anacarde de N’dali. L’émission a duré trente minutes et s’est déroulée en Bariba.

 

Facilitation de la vente groupée : le ProAgri-3/Giz et la FENAPAB offrent 06 tricycles à des coopératives

Facilitation de la vente groupée : le ProAgri-3/Giz et la FENAPAB offrent 06 tricycles à des coopératives

Pour faciliter le transport des noix de cajou des plantations vers les magasins pour la vente groupée, le ProAgri-3/Giz et la FENAPAB ont fait don de six (06) tricycles flambant neufs à six (06) Coopératives Villageoises des Producteurs d’Anacarde (CVPA). La remise des clés s’est déroulée au siège de la FENAPAB à Parakou.

Chaque année, toutes les Coopératives Villageoises des Producteurs d’Anacarde participent à la campagne de commercialisation de la noix brute de cajou. Au cours de cette période, les produits récoltés dans les plantations sont transportés vers les magasins où s’effectue la vente groupée qui est le mécanisme de mise en marché promu par la FENAPAB. Lors de ces opérations d’acheminement des noix vers les magasins, des difficultés liées à la disponibilité de moyens de transport se posent souvent. Sensibles à cette situation qui constitue un obstacle au bon déroulement de la vente groupée, le ProAgri-3/Giz et la FENAPAB ont décidé de mettre 06 tricycles flambant neufs à la disposition de 06 coopératives. Adaptés aux pistes et capables de transporter des quantités importantes de noix de cajou, ces tricycles représentent un véritable coup de pouce donné à ces coopératives pour la bonne marche des activités de la vente groupée.

CVPA COMMUNES D’APPARTENANCE
Cvpa de Pèrèrè Gourou Pèrèrè
Cvpa de Ouénou N’dali
Cvpa deMonnon Nikki
Cvpa de Madengbé Glazoué
Cvpa de Tchoui Ouèssè
Cvpa d’Adougou Ouèssè

Les tricycles stationnés dans la cour du siège de la FENAPAB

Photo des tricycles vus de derrière

Projet Farmer to Farmer : le personnel de la FENAPAB formé à la digitalisation de la collecte des données

Projet Farmer to Farmer : le personnel de la FENAPAB formé à la digitalisation de la collecte des données

Conformément à sa mission d’assistance technique aux organisations professionnelles agricoles pour le renforcement des capacités de leurs ressources humaines, le Projet Farmer to Farmer a fait bénéficier au personnel de la FENAPAB d’une formation sur la digitalisation de la collecte des données. Cette formation qui s’est déroulée à son siège à Parakou, a duré dix jours et a été animée par un volontaire américain venu des Etats-Unis.

Le projet Farmer to Farmer de l’ONG américaine Catholic Relief Service (CRS) vient de faire franchir un nouveau palier au personnel de la FENAPAB. En réponse à une requête formulée par cette dernière pour une formation en digitalisation de la collecte des données au profit de son personnel, le Projet a répondu favorablement en faisant venir des Etat Unis un volontaire possédant une expertise dans le domaine. Pendant dix jours, une partie du personnel de la FENAPAB et de ses démembrements a été initiée au concept de la digitalisation de la collecte des données et aux notions et outils qui y sont liés. Cinq modules ont constitué le contenu de cette formation à savoir :

  • ¨ Google drive
  • ¨ Google formulaire
  • ¨ Google sheets
  • ¨ Google docs
  • ¨ Plateforme de gestion des données du niveau village au niveau national.

Une formation très utile pour la FENAPAB

Cette formation est d’une importance capitale pour la FENAPAB en ce sens que ses stratégies, ses études et ses projections reposent sur l’analyse et  l’interprétation de données fiables collectées par ses 88 conseillers agricoles. Plus précisément cette formation permettra :

  • ¨ Un rapprochement entre les 88 agents de terrain et l’équipe de Suivi Evaluation installée au siège national et une facilitation d’échanges entre eux
  • ¨ Une rapidité dans la collecte et la centralisation des données
  • ¨ La transparence dans la collecte des données
  • ¨ La fiabilité des données.

Une formation sanctionnée par des attestations

MM. Damon WALKER et Adamou BARASSOUNON Président de l’URCPA Borgou Alibori

M. Damon WALKER signant les attestations

M.Ferdinand GBEDE, Responsable suivi évaluation de la FENAPAB reçevant son attestation des mains de M. Damon WALKER

A la fin de la formation, Monsieur Damon WALKER le formateur a remis une attestation à chaque participant. Mais avant cela et au nom de la FENAPAB un ensemble traditionnel Bariba composé d’un boubou, un pantalon et un bonnet lui a été offert. Un geste très apprécié par ce dernier qui, ému, a témoigné qu’il gardera de la FENAPAB un souvenir inoubliable.

 

Professionnalisation des producteurs d’anacarde : BéninCajù et FENAPAB lancent le programme Proleader

Professionnalisation des producteurs d’anacarde : BéninCajù et FENAPAB lancent le programme Proleader

Ce mardi 28 mai 2019, la salle de conférence de l’évêché de la ville de N’dali dans le département du Borgou a servi de cadre pour le lancement officiel du programme Proleader initié par BéninCajù. Qu’est-ce-que Proleader et en quoi consiste-t-il ?

Comme à son habitude, BéninCajù vient, une fois  encore, de marquer son empreinte dans la filière anacarde à travers un programme innovant dénommé Proleader. Avant de devenir un programme, Proleader est né du constat fait sur le terrain que de nombreux producteurs disposent de compétences techniques pouvant être mises à contribution pour des appuis-conseils à leurs pairs. Ainsi, après la phase de conception, nous voici aujourd’hui à l’étape de mise en œuvre de Proleader qui commence par une session de formation au profit de certains producteurs. Ces derniers deviendront des producteurs Proleader qui apporteront des appuis conseils à leurs pairs dans leurs communautés. En sa qualité de faitière nationale, la FENAPAB a été retenue par BéninCajù comme partenaire privilégié dans cet ambitieux projet. Invité à prendre la parole à l’occasion de ce lancement, le Président de la FENAPAB Monsieur Abdou Rafiou CHABI LAFIA a félicité et encouragé BéninCajù pour toutes ces ini tiatives qui permettent à la filière anacarde de franchir de nouveaux paliers. Rappelons que les producteurs retenus pour cette première session de formation ont été sélectionnés à l’issue d’un appel à candidature.

Qu’est-ce-que Proleader et en quoi consiste-t-il ?

Proleader est un programme dont l`objectif global est de constituer un pool de producteurs-experts locaux au sein des coopératives ou groupes de producteurs en attente d`affiliation à la FENAPAB pour le transfert de connaissances de façon durable au profit des producteurs.

Objectifs spécifiques

  • Donner une formation des formateurs aux producteurs-leaders (PL) en renforcement des thématiques techniques de production et de post- thématiques techniques de production et de post- thématiques techniques de production et de post- production de l`anacarde reçues au cours dans le cadre des assistances GOLD ou SILVER
  • Développer les capacités des producteurs-leaders à transmettre des connaissances théoriques et pratiques à d`autres producteurs
  • Promouvoir l`expertise locale pour combler le déficit des agents d`encadrement ou soutenir ces derniers ;
  • Permettre aux coopératives des producteurs de l`anacarde de disposer de ressources humaines qualifiées pour l`accompagnement des producteurs à la base

Résultats attendus

Au terme de la mise en œuvre du programme, les résultats suivants seront obtenus :

  • 4 éditions de ProLeader seront organisées à raison de 35 producteurs-leaders par édition ;
  • 140 producteurs-leaders (PL) dont 40% de femmes sont formés et coachés pour l`encadrement des producteurs ;
  • 140 PL dont 40% de femmes équipés de matériels de base pour l`encadrement des producteurs
  • 7.000 producteurs des coopératives dont 30% de femmes sont formés et suivis par les PLs sur au moins une thématique de production ou post- production de l`anacarde ou de compétences Smart ;
  • 80% au moins des producteurs coachés par les PL sont satisfaits des appuis reçus ;
  • 80% au moins des producteurs coachés par les PL ont une bonne connaissance des thématiques délivrées ;
  • Le dispositif d`encadrement et d`appui-conseil des coopératives (CVPA) est renforcé.

Activités à mettre en œuvre dans le cadre de ProLeader

Le ProLeader est un programme de quatre (04) mois avec des activités majeures suivantes par édition de formation:

  • Trois sessions de formations théoriques (40%) et pratiques (60%) de groupe de durée 4 jours axés sur les connaissances de la production, post-production de l`anacarde, les compétences SMART et les aptitudes de leaders de groupes
  • Deux séries d`apprentissage en milieu réel de durée de 60 jours chacune entre deux sessions. Au cours de la période d`apprentissage, le PL assure la formation et coaching des producteurs des coopératives ou des groupes organisés sous forme d`application
  • Le coaching des producteurs leaders par le staff du projet et des partenaires ; – Production et mise à disposition des outils et matériels de formation et d`encadrement.

Thématiques

Les sujets de formation en sessions groupées ou d`apprentissage en milieu réel aborderont les aspects suivants :

  • Session 1 : Aménagement et gestion de l’anacardier et gestion des ressources naturelles
  • Session 2 : Marketing, commercialisation des produits anacardiers
Partenariat Comcashew/Fenapab : 14 000 000 FCFA de dons de matériels pour booster la production de plants certifiés

Partenariat Comcashew/Fenapab : 14 000 000 FCFA de dons de matériels pour booster la production de plants certifiés

La Fédération Nationale des Pépiniéristes d’Anacarde Certifié (FeNaPAC) était à l’honneur ce vendredi 31 mai 2019 au siège de la FENAPAB à Parakou. Un important lot de matériels destinés à booster la production de plants certifiés d’anacardier a été remis à soixante pépiniéristes au cours d’une cérémonie très sobre et conviviale.

Quatorze millions (14 000 000) de francs CFA ! Tel est le montant des matériels remis à la Fédération Nationale des Pépiniéristes d’Anacarde Certifié (FeNaPAC) pour soixante pépiniéristes membres de ce regroupement. Ce don de matériels est le fruit du partenariat qui lie la Fédération Nationale des Producteurs d’Anacarde du Bénin (FENAPAB) à la Coopération Technique Allemande GIZ à travers l’un de ses projets dénommé Comcashew. La cérémonie officielle de remise de ces matériels s’est déroulée au siège de la FENAPAB à Parakou.  A cette occasion, plusieurs personnalités du monde agricole et des structures intervenant dans la filière anacarde au Bénin étaient présentes. On peut citer, entre autres, le Directeur Général de l’Agence Territoriale pour le Développement Agricole Pôle4 Monsieur Kassimou ISSAKA, le Directeur Départemental de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche Monsieur Khalifa BORI BATA, le Directeur Départemental du Cadre de vie, le Chef Antenne Parakou du ProAgri-3/GIZ Monsieur Ismael Ben BRAHIMA, le Président de l’Interprofession de la Filière Anacarde au Bénin Monsieur Aténi ACHADE, le Président de la Fédération Nationale des Acheteurs des Produits Tropicaux Agricoles Monsieur Bouraima IBRAHIM et bien entendu le Président et le Directeur Général de la FENAPAB Messieurs Abdou Rafiou CHABI LAFIA et Issiaka MOUSSA. Dans son discours, le Président de la FENAPAB a rappelé l’objectif du gouvernement pour la filière anacarde qui est « d’augmenter de façon substantielle la production de noix en passant de 100 000 tonnes par an en 2016 à au moins 300 000 tonnes par an en 2021 dont au moins 50% sont transformées au Bénin ». Après ce rappel, il a fait le lien entre la réalisation de cet objectif et la nécessité de produire davantage de matériel végétal performant. En effet, une production en quantité et en qualité passe nécessairement par une disponibilité en plants certifiés produits par des pépiniéristes professionnels. Mais, sans le matériel de travail requis, cela est-il possible ? Non ! D’où toute la joie du Président de la FENAPAB pour ce don de matériels composés de 30 filets pour ombrière de 100 m2 chacun, 30 greffoirs, 30 sécateurs, 30 petites glacières, 30 flacons d’alcool et 30 rouleaux de coton. Ces différents matériels constituent le kit du pépiniériste et on peut d’ores et déjà affirmer que la production de plants certifiés d’anacardier entre désormais dans une phase de développement.

Des semences polyclonales etdes sachets biodégradables

Deux mois avant cette cérémonie officielle de remise de matériels, trois cents (300) kilogrammes de semences polyclonales d’une valeur de un million quatre cent dix-neuf mille trois cents cinquante (1 419 350) francs CFA, et deux cents cinquante mille (250 000) sachets biodégradables d’une valeur de trois millions (3 000 000) de francs CFA avaient déjà été remis à ces mêmes pépiniéristes. Pour cette année, des plants polyclonaux sont produits et seront mis à la disposition des producteurs. Les semences polyclonales sont des semences récoltées sur les arbres élites dont les fleurs sont protégées et fécondées artificiellement avec les pollens des autres arbres élites. Les rendements de ces arbres élites sont compris entre 10 kg/arbre et plus.

Un complément d’outils pour les pools de prestataires

Au cours de cette même cérémonie, un complément d’outils destinés aux pools de prestataires a également été remis. Il s’agit de 20 scies égoïnes, 20 sachets de mètre ruban d’une longueur de 100 mètres chacun, 20 cordeaux, 20 coupe-coupes et 20 paires de bottes. Ces pools de prestataires sont installés dans sept communes, et leur rôle consiste à entretenir les anciennes plantations ou à installer de nouvelles. Les premiers lots d’outils reçus étaient constitués de tronçonneuses et de débroussailleuses.

60% de contribution de la part de la FENAPAB

Dans le cadre de ce projet Comcashew qui a permis de doter les pépiniéristes en matériels de travail pour la production de plants certifiés, la FENAPAB a contribué pour 60%. Ceci rentre dans sa mission de fourniture de services à ses membres.

M.Ismael Ben BRAHIMA, Chef Antenne ProAgri-3/Giz à Parakou

M.Aténi ACHADE, Président de IFA-Bénin (à gauche) remettant un lot de matériels à un pépiniériste

Editorial du Mensuel d’information de juin 2019

Editorial du Mensuel d’information de juin 2019

Telle l’araignée qui tisse lentement mais sûrement sa toile, ou comme le maçon qui, brique après brique, érige son édifice, la Fédération Nationale des Producteurs d’Anacarde du Bénin (FENAPAB) continue son œuvre de structuration des producteurs à la base. Grâce au travail soutenu et méthodique de ses quatre-vingt-huit conseillers agricoles déployés dans trente-quatre communes avec l’appui technique et financier de ses différents partenaires, le nombre des coopératives de producteurs d’anacarde augmente progressivement. Ainsi, de mai 2018 à mai 2019, nous sommes  passés de 450 coopératives membres de la FENAPAB à 746, soit 296 nouvelles coopératives créées. Ce qui représente un taux de progression d’environ 66% en un an pour un total de 15 394 producteurs membres actifs, c’est-à-dire les producteurs ayant  libéré leurs parts sociales et droits d’adhésion conformément aux dispositions de l’Acte Uniforme de l’OHADA. A ce premier effectif de producteurs viennent s’ajouter 22 941 autres producteurs répartis en deux catégories. Une première catégorie appelée membres du réseau constituée des producteurs bénéficiaires de toutes sortes d’appuis de la FENAPAB, et une deuxième catégorie dénommée membres simples qui regroupe les producteurs en instance de se mettre en coopératives. Au total, 38 335 producteurs d’anacarde sont impactés par les actions de la FENAPAB pour une superficie couverte de 90 925 hectares et un rendement moyen de 410kg/hectare. Ce formidable travail de structuration des producteurs en coopératives entrepris depuis 2006 par la FENAPAB est un véritable exploit que peu de faîtières nationales peuvent se vanter d’avoir réussi. Mais le chemin reste encore long parce que tous les producteurs ne sont pas encore membres de la FENAPAB. Pour autant, peut-on dire que la FENAPAB n’est pas représentative et battre en brèche tous les efforts consentis à ce jour ? Pour nous, la réponse est non et la question relève plutôt de la problématique du verre à moitié vide ou à moitié plein. En effet, au regard de la confiance toujours renouvelée de nos partenaires et des producteurs, des succès que nous enregistrons et de la visibilité que nous apportons dans la filière, nous pensons que le verre est à moitié plein et qu’il faille continuer le travail pour le remplir. Ne voyons pas le verre à moitié vide.