Editorial du mensuel d’avril 2019

0
129
Monsieur Abdou Rafiou CHABI LAFIA, Président de la FENAPAB

Que se passe-t-il avec la filière anacarde au Bénin ? La question mérite d’être posée, car c’est la deuxième année consécutive que la campagne de commercialisation de la noix de cajou ne se déroule pas bien. En effet, l’an passé, nous avions connu une campagne que tous les acteurs ont unanimement qualifié de catastrophique au regard des pertes énormes qu’elle a causées pour bon nombre. Les prix avaient très tôt flambé et tutoyaient les 1000 francs CFA le kilogramme de noix par le fait d’individus de tous genres qui, profitant de l’absence de réglementation dans la filière, avaient provoqué la spéculation et la surenchère dans le marché. La situation s’inversa brutalement avec les prix qui chutèrent en dessous du prix plancher de 650 francs CFA, et les producteurs se sont alors retrouvès avec d’importants stocks de produit qu’ils n’arrivaient plus à vendre parce que les gros acheteurs avaient, entre-temps, quitté le pays. A l’époque, l’Interprofession de la Filière Anacarde au Bénin (IFA-B) avait lancé des cris de détresse en direction des pouvoirs publiques, mais sans suite. Cette année encore, la même « galère » se répète. Déjà en début de campagne, nous observons une chute exceptionnelle des prix qui se situent aujourd’hui entre 150 et 300 francs CFA le kilogramme de noix contre un prix plancher de 400 francs CFA fixé par l’Etat. Soit un gap d’au moins 100 francs CFA par kilogramme qui représente la douloureuse facture que les vaillants producteurs sont en train de payer. Paradoxalement, la demande est demeurée très timide, et des dizaines de milliers de tonnes de noix de cajou sont toujours dans les magasins et autres lieux de stockage, sans oublier les deuxièmes récoltes qui viennent s’y ajouter. Nos investigations nous ont appris que la situation est presque identique dans les autres pays d’Afrique, et que le marché international de l’anacarde serait, entre autres, à l’origine de ce désastre. Nos investigations nous ont également appris qu’ailleurs, l’Etat est intervenu pour prendre des mesures en faveur des acteurs dans le but d’amortir un peu le choc. Aussi, espérons-nous que notre Etat en fera de même afin de soulager les producteurs qui sont, dans leur immense majorité, aux abois. Il y va de l’intérêt de tous, car dans son Programme d’Actions, le gouvernement de notre pays a inscrit la filière anacarde comme deuxième filière agricole à développer avec des objectifs et des résultats précis à l’horizon 2021. Cela commence, aujourd’hui avec des actions concrètes et porteuses de changements positifs dans la filière.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here