Interview du Directeur Régional de l’URCPA Borgou Alibori sur la situation de mévente des noix

0
232
Monsieur Juste AMANOUDO, Directeur Régional de l'URCPA Borgou Alibori

C’est un constat unanime et amer que la présente campagne de commercialisation de la noix brute de cajou est difficile à vivre pour tous les acteurs. A ce sujet, certains acteurs nous donnent ici leur lecture de la situation.

1) quelle est votre lecture de la situation actuelle de mévente et de baisse généralisée des prix de la noix de cajou?

La campagne de commercialisation des noix brutes de cajou se déroule de façon exceptionnelle avec des prix très bas, une qualité faible des noix brutes de cajou et l’absence d’acheteurs sur le terrain. Cela concerne aussi bien les acheteurs individuels que les usines locales de transformation. Il faut ajouter à cela la difficulté des partenaires commerciaux à obtenir des fonds suffisants pour les achats au comptant aux producteurs. Notre lecture est que cette situation est engendrée par la hausse continue du prix de la noix de cajou en Afrique de l’Ouest, et particulièrement au Bénin. Mieux, du fait que l’Afrique n’est pas une grande consommatrice de la noix de cajou, elle n’a pas son mot à dire dans les cours mondiaux et se résigne à subir. Pour une meilleure lecture de la situation actuelle, il faut prendre en compte certaines réalités :

  • La disponibilité de produits en côte d’ivoire avec des prix relativement bas et dont la qualité cette année est très proche de celle du Bénin ;
  • L’ouverture des magasins tanzaniens aux acheteurs avec moins de tracasseries et à moindre coût ;
  • La taxe à l’exportation de la noix de cajou qui est de 70 FCFA le kilogramme au Bénin, alors que cette taxe est inférieure à 50 FCFA dans les autres pays
  • La fermeture de certaines usines indiennes et vietnamiennes ;
  • L’endettement de certains partenaires commerciaux du Bénin ;
  • L’utilisation des produits de substitution moins coûteux (pistache par exemple) par les consommateurs d’où la chute du prix de l’amande de cajou au plan international.

 

2) dans l’immédiat, que doit-on faire pour corriger le tir?

Dans l’immédiat, nous n’aurons qu’à contractualiser avec les usines de transformations pour une livraison même à crédit des noix brutes de cajou. Cela peut se faire également avec les structures qui font de l’exportation des noix du Bénin. Nous suggérons également, comme cela est le cas ailleurs, que l’Etat puisse négocier des contrats à l’extérieur en vue de réduire les stocks des producteurs. L’autre possibilité, non encore explorée, est l’acheminement des produits par les coopératives vers les partenaires extérieurs basés à Cotonou. A long terme, il serait intéressant de se tourner vers la production des noix sous certification biologique et Commerce Equitable. La situation préoccupante actuellement est le remboursement des crédits d’entretien et de gestion des plantations alors que les échéances sont déjà proches ou dépassées. Pour rappel, ces crédits sont accordés aux producteurs par les SFD (Système Financier Décentralisé) avant le démarrage de la campagne en vue de leur permettre de disposer de ressources pour l’entretien de leurs vergers et pour d’autres charges afin de les empêcher de brader leur production avant même la récolte.

 

3) aujourd’hui, certains défendent toujours un prix plancher alors que d’autres militent pour un prix plafond. Quelle est votre position? (justifier)

Le prix plancher est plus important. Il s’agit d’une très bonne stratégie pour le gouvernement que de définir un prix plancher. Les irrégularités liées à cette pratique au Bénin est que ce prix n’intègre pas toujours les comptes d’exploitation des acteurs et des tendances à l’internationale. Aussi, il importe de mettre en place un dispositif de stabilisation des prix à l’image de ca que faisait l’ONS. Une structure qui, lorsque les prix sont au-dessus du prix plancher mobilise les ressources pour une stabilisation éventuelle le moment venu. Toutefois, une telle initiative doit être basée sur la réglementation de la filière qui est pour l’instant inexistante, et une parfaite maîtrise des maillons production et achat. Selon moi, un prix plafond n’est pas l’idéal.

 

4) selon vous, quelles dispositions l’Etat et les acteurs de la filière doivent-ils prendre pour éviter pareille situation à l’avenir?

La question précédente met déjà l’accent sur cette dernière. Il est quand même important de souligner que l’interprofession de la filière anacarde au Bénin (IFA-B) doit pouvoir jouer un plus grand rôle. Elle est constituée des quatre familles d’acteurs qui composent la filière à savoir les producteurs, les acheteurs, les transformateurs et les exportateurs. Malheureusement elle manque de moyens et d’autorité. A cet égard, l’appui et le soutien des ministères de tutelle sont nécessaires, car les hommes et femmes qui animent cette interprofession maîtrisent parfaitement la filière et savent mieux que quiconque les leviers sur lesquels appuyer pour garantir de lendemains meilleurs à la filière. IFA Bénin doit être perçue par l’Etat comme un partenaire crédible dans son ambition de faire de la filière anacarde la deuxième filière agricole après le coton.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here